Les pièges de l’achat immobilier à surveiller

3 février 2021 0 Par Aymen

Le processus d’achat d’un bien immobilier en France est rapide, et vous échangerez vos contrats très tôt. C’est pourquoi il est si important d’être attentif aux pièges de l’achat de biens communs. Sachez quels sont les problèmes à résoudre avant de signer le compromis de vente et de verser un acompte. Sinon, vous risquez de payer plus cher ou de vous retrouver coincé avec une maison qui présente des problèmes que vous n’aviez pas prévus.
Se préparer aux coûts supplémentaires et à l’échange d’argent
Bien que le prix de la maison soit la plus grosse dépense que vous aurez, il y a des dépenses supplémentaires à prendre en compte. Prévoyez les honoraires du notaire, qui comprennent les taxes, ainsi que les frais d’hypothèque, d’avocat et d’expertise. Une fois que vous aurez une estimation de vos dépenses, vous devrez échanger votre argent.
Consultez un spécialiste du change. Les banques ont tendance à avoir des taux élevés, et un spécialiste sera en mesure de vous obtenir le taux le plus bas possible. Vous pouvez également inclure un contrat de change dans le contrat d’achat de votre maison. Le taux de change sera alors gelé.
Payez le notaire, pas le vendeur
Lorsque vous achetez un bien immobilier en France, vous faites appel à un notaire. Le notaire est un employé du gouvernement français. Il percevra tous les impôts que vous devez au cours du processus d’achat d’un bien immobilier. Vous et le vendeur partagerez probablement le notaire, mais si vous préférez, vous pouvez désigner votre propre notaire. Vous ne devez jamais donner votre argent au vendeur. Au lieu de cela, donnez-le au notaire.
Évitez les transactions qui prétendent vous faire économiser de l’argent
N’acceptez jamais un accord avec le vendeur dans lequel vous payez moins sur les livres afin d’économiser des impôts. Tout montant que vous payez au vendeur doit être légal et déclaré ; ne donnez pas au vendeur de l’argent “sous la table”. Ce type de transaction peut vous faire économiser de l’argent en impôts au début, mais si vous décidez de vendre le bien, vous devrez payer plus d’impôts sur les plus-values. L’écart entre le prix que vous avez déclaré avoir payé et le montant de la vente sera plus important.
Choisir la meilleure stratégie de succession
Selon la loi française, vous devez laisser une partie de votre patrimoine à vos enfants ; si vous n’avez pas d’enfants, elle peut aller à vos parents. Si vous ne souhaitez pas laisser une partie de votre patrimoine à vos enfants ou à vos parents, demandez conseil à un professionnel. Il existe des moyens de contourner le droit français des successions, et un professionnel vous guidera afin que vous n’ayez à faire face qu’à un minimum d’implications juridiques et fiscales. La stratégie que vous avez choisie doit être élaborée avant l’achat de la propriété.
Il faut également tenir compte des implications fiscales en matière de droits de succession. Si vous n’êtes pas marié, vous devrez peut-être payer jusqu’à 60 % de droits de succession. Il est possible d’éviter cela en ayant un partenariat civil. Toutefois, consultez un professionnel avant de vous engager dans cette voie.
Soyez prudent lors de l’achat d’une propriété en développement
Si vous achetez un bien immobilier, travaillez avec un promoteur de bonne réputation. En France, les promoteurs ne peuvent pas obtenir de financement tant qu’un nombre déterminé de biens n’a pas été signé. S’ils n’ont pas encore de financement, voyez où en est le projet de développement. Le promoteur a-t-il déjà obtenu un permis de construire ? A-t-il déjà effectué les travaux ?
Vous ne devez jamais payer en totalité au début du processus. Les paiements pour les projets de développement sont plutôt effectués par étapes. Vous ne devriez pas avoir à effectuer le paiement final avant que la propriété ne soit totalement achevée. Votre contrat peut également inclure une clause de pénalité au cas où le promoteur terminerait ses travaux plus tard que prévu.
Obtenez les bons plans de la propriété
En France, il n’est pas obligatoire de faire réaliser des études de structure, mais il est toujours bon de faire réaliser une étude professionnelle de votre logement avant de l’acheter, surtout si vous prévoyez de le rénover. Si vous vous sentez plus à l’aise pour engager un expert de votre pays d’origine, assurez-vous qu’il a une expérience des biens immobiliers français.
Une étude de structure est différente d’une étude de diagnostic. Le vendeur est légalement tenu de vous remettre un rapport de diagnostic, également appelé Dossier de Diagnostic Technique (DDT). Ce type d’enquête porte sur l’amiante, les installations électriques et de gaz, l’efficacité énergétique, les risques industriels et naturels, la peinture au plomb, les fosses septiques et les termites.
Assurez-vous que vous ne recevez pas un rapport de diagnostic périmé. Parfois, l’agent immobilier du vendeur vous remettra un diagnostic datant de quelques années. Méfiez-vous au cas où il tenterait de dissimuler des problèmes liés à la maison et d’obtenir un prix de vente plus élevé.
Sachez ce qui est nécessaire pour les rénovations
Si vous achetez une propriété que vous souhaitez rénover, vous aurez besoin d’un aperçu du coût et du calendrier. Obtenez au moins deux devis avant d’aller plus loin. Décidez des travaux que vous effectuerez vous-même, le cas échéant, et si vous devez faire appel à un architecte, un maître d’œuvre, un artisan ou un constructeur spécialisé, etc. Selon l’ampleur des travaux de rénovation, vous pouvez être légalement tenu d’engager un architecte. Selon l’ampleur de la rénovation, vous pouvez être légalement tenu d’engager un architecte. En outre, vous devrez obtenir un permis de construire. Incluez dans le contrat de vente une condition selon laquelle l’achat est subordonné à l’obtention d’un permis de construire.